Génération Y

Enfant de la modernité, je fus élevé par la télé
Petit carré d’humanité où vivent des saints-animés
Petite prison pleine de chansons où l’on se berce d’illusions
À chaque con son émission au temps de la consommation

Les pseudo discours qui divisent ne sont que débats de façade
L’esprit sous l’emprise des bêtises de ces rois de la mascarade
Et à force de fainéantise c’est notre esprit qui tombe en rade
Chaque soir tu te plains de la crise, puis tu flippes à cause du jihad

Le cerveau assommé, comme sonné, ta conscience bascule
Trop de bruit et d’images, trop de cris et de rage, à chaque crépuscule
Et dans la nuit trop sage, de mirage en mirage, errent les somnambules
Inconscients du carnage, ils scrutent par le grillage, une vie sur pellicule.

#poeme, #poesie, #television