Spleen du crime

Oh peuple sans dieu du nouveau millénaire, 

Qui ne su trouver mieux que le crime d’hybris

Toi peuple à l’âme sombre se réclamant fils des Lumières

Qui assassina ses dieux, mais toi qui en devint Narcisse.


Oh toi enfant de rien, toi que l’on appelle « votre Honneur »,

Combien de vies enfin, dont tu jugeas trop vite les vices, 

Préférèrent retourner le canon, sauter droit dans le précipisse,

Plutôt que de vivre en esclave au nom de ta bourgeoise torpeur ?


Oh toi politicien, qui fit de trahison métier,

Qui tourne le blanc contre le métisse, 

Et tourne le père contre le fils 

Qui tourne le gain contre la mise 

Qui tourne le vent contre la brise 

Et la picole contre la tise 

Saches qu’un beau jour tu vas payer 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s