Les mots sont 

Lorsque dans l’âme les mots râles
Se faisant papes de nos morale
J’espère seulement que mes mots narguent
Pour que meurent enfin les monarques 

Si parfois ardente passion
Se donne un air de rédemption
L’homme en oublie vite mission
Jure dévotion à l’émotion

Quand pour des mirages, des faux sages
l’homme âgé agit fait naufrage 
De rage, en nage, il assassine la magie,
Quelle ironie, quel gaspillage
Livre sans page mourant de sa propre hemoragie

Quand les proches trop vites partis,
Hantent ces mots qu’écoute seul le miroir
Ces mots bâtards, barbares, tous ces mots tards

Comme nature reprend son dû, et que demain sera comme hier
Lente sera la guerre,  

les murs de pierres tomberont puisqu’à leurs pieds poussent mes Mo-lières.
Les moutons bêle, cherchant l’appel d’un Mo-dele
Les foules aiment les bombes, les cadavres qui abondent puisque leurs âmes sont moribondes à leurs images ils font carnage pour qu’il en soit pareil du monde.
  

Freestyle

Quand je prends le mic. 

Tu sais plus ou te mettre 

Donc si jee temene sur namek. Evite que je te la. Mete

Ce serai bete 

Den perdr la. Tete 

Car si dans tous les ca tes leleve 

Moi dand tous les ca jsu le maitre 

Epoque de victime 

C travaille meme pas deux minutes ces rime 

Viens dans ma cave jorganiserai ton sweet sixteen

Et dan nos. Tetes la terre tourne… dentre l’horrible et le sublime

Et comme on nique tous marine et. Jean marie 

Parce que’ils ne sont que dess nazis. Et parce que vive lalgerie

Parce que nos peres ont perri lors de leur guerres de colonies

Parce les siranno du net croient qu’un pouce vert ca sauve une vie 

4 mesures de silence afin dE vous dir peace 

A la memoire de nos Grands freres. Que la police fracture 

Moi jveux quils paientt la facture, 

Alors quils niiquent leur mere 

Un plat qui se mangera froid

Se croyant au sommet de l’art,
Moitié bonne poire, moitié cafard
Trop couard, il évite sûrement les miroirs.
Le voir me fait broyer du noir.

Et même son parfum est bizzare.
genre odeur d’pisse sur vieux quai de gare.
Et comme l’abeille perdant son dard,
Tu m’as piqué ; tu vas déchoir.

Tu seras seul comme l’est un phare,
Tu va me voir briser tes gloires.
Saches qu’un pavé heurtant la marre,
Peut faire des vagues jusqu’au soir…

Profites encore du prétoire,
Le vent du talion se prépare
Profite de tes derniers soirs,

Il est trop tard : ton sort est le trottoir
Une derniere chose pour clore l’histoire : 

pour ton info… j’ai bonne mémoire 

Sale

C’est un bouche trou
Un farouche trouble

Un touche à tout
bien dans la boue,
Car les remous

Lui font l’âme double
bouffe tout je le rend fou
Mais il se couche trouble 

Depuis il est devenu gros
Interdit de pédalo

Tu peux dire que j’suis Salop,
Ce, bobo reste un cachalot

Aucun charisme, aucune carrière
Juste l’onanisme et la galère