Puisses-tu…

Puisses-tu prier sous les étoiles,
Faire de la Terre ta seule église,
Des vérités soulever le voile,
Et fuir les êtres qui se déguisent

Tâches de découvrir ta mission,
De vivre chaque jour, plus d’un frisson.
Trouves-foi des frères, suis tes visions,
Choisis la foule. non la scission.

Soignes ton coeur, Aimes sans poison.
Protège ta flamme, vis sans façons,
Saches que ton corps est une maison
mais qu’une âme pauvre sera prison.

Puisses-tu rendre un peu, la vie belle,
Ou sinon juste, un peu moins laide.
Puisses-tu mener ton âme au ciel,
Et aux plus faibles, venir en aide.

N’oublies jamais que l’Homme est frêle,
Et que même Dieu, parfois se trompe.
Sourire toujours aux hirondelles,
Un jour sourire, quand vient la tombe.

 

 

Toc toc.

« Toc, toc.

C’est pas trop étroit dans ta bulle, ou t’en

Moques, moques ?

C’est toi le dealer car tu vends,
mais c’est c’est la barrette contre le billet,
que du vent quand tu comprends,
Faut qu’tout l’monde

Croque, croques.

Le juge obèse est si balèze que sans efforts il peux te baise.
En vrai y’a pas d’acheteur et pas d’vendeurs
c’est que du

Troc, troc.

La mort est évité, je vous assure que l’âme peut léviter pour cotoyer la vérité.
J’adule le spartiate combattant contre le male béta au bras ballants ! Il faut un

Choc, choc.

C’est quand déjà la Fin des Temps car l’Homme n’aspire plus rien de grand. Depuis Rome l’histoire n’est qu’accidents sur accidents J’passe la concu aux rayons X ce sont des loques pas des tueurs armés de Glocs; une caste d’inactifs vivant d’

Allocs, loque.

 

Si tu dois tirer les équipes, hésites même pas et prends le binôme

Proc, Glock

 

J’navigue au milieu de nos errances, de nos erreurs et nos déchéances,
de nos enfers, de nos « pas de chance », de nos horaires et de ces potes qui quand ça va pas brillent par leur absence. Mais là je

Bloque bloque.« 

Non

Je suis faible Lumière,
Presque lueur,
Non stèle de pierre,
Mais sans fureur,

J’dis non.

J’dis non au ciel si vide,
au monde futile où les âmes rident.
Oh ! ne pas se faire l’âme trop utile,
et ne pas mettre à l’âme une bride,
Font seuls l’être et la pensée subtiles
Rendent seuls aux aveugles oeil lucide.

J’dis non aux agiteurs de drapeaux blancs,
aux compromis par peur des choix médians
Essaies de voire la vie jusqu’à chaque pan,
A chaque pas marche comme l’Enfant,
Et n’aies pas peur des dents du temps,
Chéris l’instinct et vis l’instant.

Anima

Elle est le battement,
La vie qui inspire en Cadence.
Elle prêta serment,
Elle est au monde le temps d’une danse.

Elle est sans vêtements,
Mais non sans charme et élégance.
Elle paraît vingt ans,
Parfois_cent-vingt dans les silences.

Elle saisit l’instant,
Et sait le drame de l’existence.
Donc elle vit maint’nant,
Car aimer fait sourir’la chance

Elle est ce pincement,
Car elle veux plus que sa pitance,
Vivre l’éreintant,
De toute victoire est la quittance-

-Son coeur est printemps,
Car elle embrasse même à distance.
Anime les battants
L’Âme est sa propre résistance.