L’agillité

Être un auteur c’est devoir devoir dire a son public à l’aube d’un soir :Voici l’histoireC’est une une fableFeux Sang roisDans l’ineffablePeut sans droitsEt croire en quoiC’est comme le diableL’âme a l’endroitJ’crois pas en moiJ’crois pas en toi.Car ils ressassent la semaineDes employés, a la petite semelle.

Helios – Freestyle II

#francais, #freestyle, #rap

Panic Room

début à seconde 30

Roule un zbar et laisse passer
les schtars en banalisé
Pas besoin d’baliser
d’être agité
Perdre le contrôle et la qualité

On veut tous peser tout en,
conservant le bon rôle le ton est morose donc. on augmente les doses

Evite les kassos,
Peu qualifiés,
Certains perdent la morale,
Jouent les gamins à notre âge

Ya ceux qui import-ent des tonnes, Toujours 3 téléphones, Un pour les putes, un pour les sommes, un pour les ien-ien, un pour les pote, un pour les parents, un pour les proches

Le rap c’est marseille ou paris, mais putain c’est de l’autarcie, j’applaudis Bruxelles.
J’trace ma route vers le succès, à quand un rappeur suisse sur scène.

francophones, on se comprend. On est pas là où le talent se vend, nos lyrics emportés par le vent, dédramatisent climat pesant. Mais c’est bien plus que déroutant.

Oui, c’est bien plus que déroutant.
Oui, c’est bien plus que déroutant.
Oui, c’est bien plus que déroutant.

On s’est enfermé dans une cage
Bien à l’abri de nos saccages
A vivre en marge a vivre en rage
On s’met à rêver du grand large.

ça porte du triple xxl
Et le bracelet électronique.
Tu planques le sig sig sig sauer
Quand le soir tu sors en équipe.

Et les phases des flics
non je les attends pas
Tu pourras prendre mon fric
Je frais pas d’attentats

T’as mangé la mandale
mais tu l’as mérité
Ta connerie est banale
Jcrois qu’tu l’as hérité

J’entre dans la panic room, Et j’vais tout exploser
Dans la panic room. et on va tout exposer
J’entre dans la panic room, faut sortir les billets
Dans la panic room, je vais tous les manger

 

 

 

 

 

Notre Dame

Bercé par la blessure

Blessé par la berceuse, ty connais rien à la vie sauf le chantier et la perceuse.

Ta daronne est Précieuse ? Si oui, elle a un prix. Moi me mère en tout franchise elle ne s’achète pas chez Monoprix.

Squive la faucheuse, mets une cravate et enterre toi, ou j’te cravache, le peura c’est du travail, mais le message est primordial, et je serai de toutes batailles.je serai de toutes batailles.

Pour un jour que l’on renaisse il vous faudra trouver l’ivresse

Quand la violence se fait banal, que le système nous dit canailles.

On verra bien quand sa rafale, ta fierté tu la ravale,
retourne poser ton Uc dans le canap devant canal

ma violence est cordial, me confond pas avec Sadam. Je vends pas d’came sur l’macadam, le pétard collé aux lèvres.

j’ai pas pleuré pour Notre-Dame et leurs vieilles pierres je les emmerde.

et leurs vieilles pierres je les emmerde.

Notre-Dame de Paris, notre Dame est partie, dans la fumée d’un incendie, quand le froid tue les sans-abris. Notre-Dame elle est précieuse, elle vaut mille fois plus qu’une vie, Notre-Dame la menteuse qui donne l’opium aux sans partis.

L’indignation est sélective, on laisse crever les sans papiers, dans ce cimetière invisible qu’on appelle méditerranée,

De la jet-set au boat people, costa croisière sur un zodiac
Les survivants en galère n’ont d’autre choix que vendre du crack

On rêve de se poser, d’une vie tranquille pleine de billets,
car si l’argent n’fait pas l’bonheur j’tinvite à test la pauvreté

En manque de cash comme un accro, j’passerai ma haine dans un micro.
Chui pas mytho ni mégalo, j’sais qu’j gagnerai jamais au lotto.

Notre-Dame de Paris, notre Dame est partie, dans la fumée d’un incendie, quand le froid tue les sans-abris. Notre-Dame elle est précieuse, elle vaut mille fois plus qu’une vie, Notre-Dame la menteuse qui donne l’opium aux sans partis.

J’emmerde Macron et ses matons, gangster d’Etat comme Bennalla
Usurpateur d’une mission, toutes ces promesses qu’il tient pas.
Peuple de France reveille toi, les gouvernants ont peur de toi,
Tes libertés sont sacrifiées au nom de quelques attentats.

Laisse toi pas faire, putain !
Quel avenir pour tes gamins !
Tes valeurs sont toutes bafouées
par des ministres qui bafouillent

Laisse toi pas faire, mon frère.
Ta route est sans issue Quand le pouvoir te pisse dessus
Quand tous les jours c’est la galère

J’en peux plus

Démarre à 0:59min

J’en peux plus de leurs élus
Qui font d’une cédule une cellule
D’un brin d’soleil une canicule
D’un affamé un cannibale

Non j’en peux plus de nos élus,
Qui n’pensent qu’a leur compteur de vue
Quand dans nos rues les p’tits se tuent,
Retour à l’instinct animal

J’en peux plus de la télé, et j’emmerde Cyril Hanouna.
Vivre ici et maintenant, c’est tentant, comme faire un coup d’Etat.

Fils de la Ville et de ses squares, non j’ai jamais perdu l’espoir,
Même quand on trainait tard le soir à enchainer ouais Zbar sur Zbar.

Pousse dans la mêlée, j’en peux plus.
Je vagabonde de rue en rue, De grue en grue.
De sécheresse en période de crue

Pousse dans la mêlée, j’en peux plus.
Je vagabonde de rue en rue, De grue en grue.
De sécheresse en période de crue

 

#freestyle, #rap

Parenthèse

Comme le poète qui envole la poésie

Je me complète de la plus folle des hérésies

Et ne m’attardant pas même un temps

J’attends, que les sa ns-dents, amènent le printemps.

Malmènent les attentes, malgré les attentats

Malgré les flingues sur la tempe et le réchauffement du climat.

Que tombe les dictateurs les potentats

Car ça schlingue sur les ondes mate les frérot élevés par Hanouna

Les riches en quête de plus de biff

De coke de bitch engraine petit frere

A proclamer partout qu’il prend pas d’C

Mais aussi a sa vie gâcher

A peine 15 ans mate le casier

Vers un avenir en liberté surveillée

.

Les infos, intox, bfm, stilnox.

.

Tant de complot tant de complices

Tant de complets autistes

Tant de complotistes.

.

Le complot vient de l’intérieur

L’arabe a inventé le nombre et le bras d’honneur !

.

J’ai vu des mecs

Qui partent a Ceury

Qui parlent trop a Siri

Ou Qui partent en Syrie

  1. Saddam Bachar Kadhafi

Plaide Coupable comme sarkozy

.

Les allocs, le deal ou l’attentat

Jeunesse dans le rue ou fuyant le jihad

Tu t’attendais a quoi ?

Paris sous les bombes?

J’Parie sur les tombes !

#hannouna, #punchline

Toc toc.

« Toc, toc.

C’est pas trop étroit dans ta bulle, ou t’en

Moques, moques ?

C’est toi le dealer car tu vends,
mais c’est c’est la barrette contre le billet,
que du vent quand tu comprends,
Faut qu’tout l’monde

Croque, croques.

Le juge obèse est si balèze que sans efforts il peux te baise.
En vrai y’a pas d’acheteur et pas d’vendeurs
c’est que du

Troc, troc.

La mort est évité, je vous assure que l’âme peut léviter pour cotoyer la vérité.
J’adule le spartiate combattant contre le male béta au bras ballants ! Il faut un

Choc, choc.

C’est quand déjà la Fin des Temps car l’Homme n’aspire plus rien de grand. Depuis Rome l’histoire n’est qu’accidents sur accidents J’passe la concu aux rayons X ce sont des loques pas des tueurs armés de Glocs; une caste d’inactifs vivant d’

Allocs, loque.

 

Si tu dois tirer les équipes, hésites même pas et prends le binôme

Proc, Glock

 

J’navigue au milieu de nos errances, de nos erreurs et nos déchéances,
de nos enfers, de nos « pas de chance », de nos horaires et de ces potes qui quand ça va pas brillent par leur absence. Mais là je

Bloque bloque.«