A titre pédagogique

 

C’est le moment

 

C’est le moment

c’est le moment

C’est le moment de s’lancer

Enfin,

Jcrois

 

Je ne sais plus aller,

enfin seulement des fois.
Tant de destinées gachées

j’en ai perdu la foi

Mais le passé est derrière

j’en pleure de fois

oua

 

Ecoute moi, laisse moi sortir ma voix

Tu vas m’aimer comme un chomeur aime le RSA

Mon son te colle au casque

Mes rymes te collents aux basques, et le

tympans aiment ça

 

Alors calme toi, j’ai dis calme toi et came toi

 

Notre came

Transforme le quartier en zombie

Et t’assumes d’risquer la zompri

Dans l’fond c’est tout  cqu’e tas accompli

Freulo

Car du quartier au car pla

Ya deux ou trois benzema

Pour chaque million  d’oussama

donc levez les mains, et ne bougez pas

ceci est un cage bra

 

Un go fast comme seul plan d’carrière

Car soit tu vis soit tu visser

 Mais puisque tu rêves de la mer

Tu veux tous leur mettre a l’envers.

Pour dire adieu à la misère

 

Combien de nos frères on enterre

en taule à Freisne ou à Nanterre

 

ainsi va la vie

sous cet émisphèreon t’enterre

on te digère

On s’en père

Et on s’envie

 

Tu gis mal, tu gigottes

tu vois mal t’es myope

Combien encore

de coups de lames

pour de vulgairessalopes

 

Tu t’enfonce dans la Came

et déjà ton médecin redoute

Que soient plantées les graines de la déroute

Car vites fleurissent les fleurs dumal

 

 

Tu t’enfonce dans la came, le premier spliff à 6 du tam

Pendant tes proches sonnent l’alarme, la larme à l’oeil et l’oeil sur l’arme

 

Mes phases sont esquises, frappent dans le mile  K.0 techniques

Signes d’expertise démagogique

comm’une plaque minéralogique

Mc mes bises sont viles mes sont  diaboliques

même si tes rimes débiles sont chaotiques

un peu comme ta mère biologique

Tu n’est qu’une tare ethnologique

Espèce de sale parasite #clash généalogiques

 

Mon flow est à l’ère numérique

le tien à l’ére Analogique

J’te baise dans l’ordre chronologique

Mais tkt j’restrait platonique

Même si c’est pas très catholique

Ta défaite sra mythologique

 

Même si tu t’agites

et qu’tu paniques

Jte niquerais vite

à titre pédagogique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T’

 

 

 

 

 

 

 

v

 

 

 

c

 

 

 

 

 

 

¨¨¨¨

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morale

Nappelle tes freres que ceux qui veillent sur toi

Meme lorsque ton regard est détourné de leurs actes

Et il en va du respect de ton propre honneur de te presenter ouvertement a ton prochain comme un ennemi si tu nest pas sur de ne pas vouloir aleur egard et moyennant constance et sincerite agir comme agit le plus fidele de tes freres au tien

Le bien consiste a faire a autrui dabord ce dont il a besoin et que desire consciemment son ame car il ny a que de cela qui constitue son besoin personnel et non le tien propre que ta lumiere te signifie en lui en le refletant sur lui juste pour que la pensee de ce besoin puiisse depuis ton ame que tu necoutes plus, atteindre tes pupilles

A defaut fait a autrui ce qui lui est néfastes selon toi, pour autant que son ame tapparaisse le desirer de bon coeur, et que sa conviction paraisse définitive devant tes arguments

Mais prend garde au mal qui te parlera toujours avec la voix de lange \nMais prend garde au mal qui te parlera toujours avec la voix de lange \nCar le bien parait parfois le mal, parfois le moindre mal, ou au contraire semble etre un bien plus précieux que cela ne doive a laune de sa valeur pou

Car le bien parait parfois le mal, parfois le moindre mal, ou au contraire semble etre un bien plus précieux que cela ne doive a laune de sa valeur pour lame et son salut, pour lhomme et son bonheur, pour la terre et le soin qu on lui doit sans lui donner,

Le mal ne peut cependant etre cache lorsqu’on lexamine a lechelle de lordre naturel et bienveillant, autrement dit a lechelle du cosmos comme disaient les peres antiques de la raison humaine

Pour te garder du mal, rapelle toi a lheure de le perpetrer que la providence se comportera envers toi en mirroir

Si pour toi il est lheure du mal aujourdhui

La vie te renverra le miroir de ton ame,

Et soudain

Si tu souhaite offrir une heure du mal

Deviens pour toi en miroir

Non une seconde heure a faire le mal, mais Du mal lheur

Enfin ne fait pas a autrui ce que tu ne desirerait pas que lon te fasse a toi, a ta maison, ou a ton honneur et ta reputation

Et ne te fie pas aux apparences, le candide et le sage partagent leur bonte et leur bienveillance envers la creation, le diable et le sage partagent pour leur part la punition severe et instantanee de lhomme qui se montre malveillant et qui le desire consciemment malgre tes paroles et meme en depit du bon sens et de te arguments auxquels il ne repond pas , comme tres souvent avec les hommes orgueilleux qui sont aussi riche et brille se pavanent avec limage de la vie aussi parfaite,

Que leur corps nest que coquille, leur imgination nest que marais croupissant, pourrissant a mesure quil croupit et se ratatine par peur de changer davis et dadmettre de temps en temps quon sest tromper

Punchliners

Aies foi en moi, ce sera galère
alors fait preuve de déférence
en face du prince de l’enfer
entre toi et moi la difference
c’est qu’je suis vrai tes quapparences
tu mas mit dans une ambulance
arrives enfin aujourdhuiblheure que tu danse

a ceux dentres vous les freres qui etes toujours en garde
vous pourrissez la ville vous la rendez malade

Mais je nabimez jamais que vos vies faites de malheur
mes freres un changement de vibes vous serait salvateur
donnez sa chance aux mots du barde, quitter deux secondes votre vie blaffarde
et sachez que cest pas dans ce monde que reside le mal
la verité c’est qu’il nexiste que dans l’oeil qui regarde

a ceux dentre vous mes freres pour qui la vie semble une echarde
sachez que vous netes pas les seuls a voir a quel point lmonde est crade

mais tentes debusquer dans chaque humanité letincelle de merveille
ecoute ton coeur
ne laisse pas au placard tes reves
a chaque foisktute reveil

a mes potes
accros a la tise
et a mes bicraveur de shit
vivant dans langoise dune perquise
puissent les dieux vous garder
de ses saletes de flics

a mes freres qui menent une double vie
dont les darons croitqucest des anges,mais qui sont des gars street
mais si un jour papa decouvrait quil sest fait berner apprenaient que les fistons fumaient et dealaient sbattaienr comme u comme des caids
le renverair dirct au bled, ou légorgerait comme a lhaïd

Patrick

Qu’on se connaisse ou pas

Jten supplie écoute moi

Les gens sont fous je crois

ou cest ptet moi chepa

On fait qufiler tout droit

On vit quand dans tout ca

Car si je meurs demain

Salue les mien, soigne leurs chagrins

Et fais les esperer demin frangin

Tu mrzndrait un sacre coup dmain

Histoires que jaie pad vecu pou rien

Tends leurs la main

fiere de tes freres qui sont tueurs et qui au nom de leur dieu se banissent,

SI IL SUFFISAIT POUR QUE PARLE LEAU QUE REVIENNE UN TEMPS DIEU LE FISSE

TOURNE VERS SON NOMBRILE LHOMMME PAR VICE SE MONTRERAIT COMME NARCISSE

OH RIDICULE ENFANT DE CELUI QUI REJETTE LE 6, LR DEUXIEME NE SERA QUE VENT POUR QUE TA PROPRE MAIN SOIT CONSENTANTE AU 3 SUPLICES

JE NE SAIS PAS

JE TAI SAUVER DE CES MONSTRES

Samuel

Sam, enfin.

enfin il est venu, le temps de la chute des masques.

des révélations brutes, de ton verbe. avec le temps Sam jamais p lus class

ou plutôt du masque au singulier, du masque au pathetique, du masque au degeulasse, du masque qui est le tien, comme il est celui des catins et des larbins. le masque au singulier, car si je t’ignore il ne reste ici rien que des amis.

Men voudrais tu de ces propos ? Comment j’oserais tu ? sans savoir, ta bassesse de putain qui s’ennuie , ta triste et capricieuse jalousie maladive de la vie des autres le justifie au moins autant que tes propos, tenus derrière mon dos.

Ne sais tu pas qu’un bruit dinsecte coprophage et nuisible, un bruit d’une âme qui t’es sans doute soeur ou modèle ou même les deux finit , même lorsqu’il se dévoile dans le secret de tes quotidiennes bassesses médiocres et tièdasse arrivent toujours à l’oreille de celui dont le dos est tourné, pour autant que confiance lui offrent les oreilles à qui tu parles volontiers.

Sam, tu fis l’erreur du sot le moins enviable, de l’attardé qui se croit savant, du petit, tout petit homme habité par l’âme d’un poisseux mangeur de détritus mentaux que tu aimes tant dans lesquels, à la manière du porc et de sa lignée, sans gêne ni honneur, tu plais à ty baigner.

Sam, si tu

Je te reconnais un mérite : malgré que le mérite de tes commérages fusse sans doute par amour du vautrage obscène et brillant dans la fange la plus méprisable, tes trahisons , puisque dites par bassesse, puisque dites tout bas, et puisque dites dune ame sale, épargnent au reste du monde la laideur maladroite, envieuse, esclave de ton travail vain qui n’est, dans ton cerveau en manque d’attention, que simulacre d’intellligence et d’égoïstes balbutiements de mots mal accordés ne provoquant, finalement, que la compassion et la pitié nauséeuse de tes pouilleux auditeurs, qu’ils soient pervers inspires de ta maitrise ou victime vicieuses de leur politesse qui les empêchent en seul

3 temps perd a ment

Ame millénaire, étoile eternelle, assassins fraternel savent ils qu’ils ne s’en prennent qu’a leurs frères ?

Ame de la terre, toile si belle, ingratitude humaine, vas elle du ciel au fond des mers?

Ame de pierre, coeurs qui gèlent, humanité hiberne depuis des siècles sous la grêle.

Télé de merde, dieu fout la gerbe, du franc parler au franc tireur la frontière est si fine ficelle.

Drames ou affaire, viol paternel, psaume en enfer, nous sommes bernez par leur parole de miel

Gosse trop Gater ou precaire, une vie vers le cimetiere, destin des sangs meler si ils sen remette au fiel

Estce faire la decence deborder, ou de la haine la graine planter que de remarquer nos verrieres

Elles qui nous privent de senvoler, mais pourtant que vous ignorez sans vous revolter mes freres

Il nous suffirait de voter, dune victoire prise a la volee pour voir les verrieres se briser enfin leur mettre a lenvers

Mais les freres senlisent dans la tise, pactisent ou misent sur la traitrise, signe sil en est quils sont factice quen seule la tristesse se deguise

Car debarquer du fond dlabime

Pour texpliquer par deux trois rimes

Que cest avant tout ton ame

que par ta haine

tu abime

Car jai su ecouter les signes

Que les hommes cachent sous la frime

A force que trop on les brime

Certes leurs corps demeure en vie mais

Babylone nen veut quaux ames

Et cest donc leur ame quelle

Doucement decime