Un plat qui se mangera froid

Se croyant au sommet de l’art,
Moitié bonne poire, moitié cafard
Trop couard, il évite sûrement les miroirs.
Le voir me fait broyer du noir.

Et même son parfum est bizzare.
genre odeur d’pisse sur vieux quai de gare.
Et comme l’abeille perdant son dard,
Tu m’as piqué ; tu vas déchoir.

Tu seras seul comme l’est un phare,
Tu va me voir briser tes gloires.
Saches qu’un pavé heurtant la marre,
Peut faire des vagues jusqu’au soir…

Profites encore du prétoire,
Le vent du talion se prépare
Profite de tes derniers soirs,

Il est trop tard : ton sort est le trottoir
Une derniere chose pour clore l’histoire : 

pour ton info… j’ai bonne mémoire 

Sale

C’est un bouche trou
Un farouche trouble

Un touche à tout
bien dans la boue,
Car les remous

Lui font l’âme double
bouffe tout je le rend fou
Mais il se couche trouble 

Depuis il est devenu gros
Interdit de pédalo

Tu peux dire que j’suis Salop,
Ce, bobo reste un cachalot

Aucun charisme, aucune carrière
Juste l’onanisme et la galère

Hier

Hier j’ai cru voir un marin.
Un petit matelot sans bateau,
Errant sans fin dans le matin,
Goulûment buvait au goulot,
En scrutant lentement les catins.
Il est mort en deux coups de marteau.

Hier j’ai cru voir le syndic,
Celui qui pue la corruption
Celui dont l’âme est déjection
Et qu’ya même pas l’QI d’un flic

Mais vendredi je s’rais sadique
J’offrirai à l’ami syndic
La plus marquante des élections
Il y sera élu sans façons.
Mais son siège sera électrique.

Hier j’ai cru voir une belle
Mais ce plaisant paquet cadeau
Avait en son coeur une poubelle
Elle valait pas mieux que l’matelot
Elle est parti dormir sous l’eau

Serait-ce la peur qui leurs âmes gèle ?
Ou la simple oeuvre de l’art des sots ?
L’Homme est une preuve sans appel,
Que la nature aime les crocs.

Elle

S’il existait un créateur,
Sur qu’elle serait sa plus belle toile
Ses yeux font palir les étoiles
Sa présence fait s’enfuir les heures.

Elle dont la bouche est poésie,
M’a laissé hébété. ; 

a la frontière de la folie

Elle est bonté, elle est partie,
Elle peut crever, elle est ma vie,
Elle a fauté, on s’est enfuit,
Elle a compté, elle m’a menti,
Elle a craqué, elle a subit
Elle m’a laché, je l’ai trahi.

Elle fut ma plus belle hérésie.